Bienvenue sur le site du Dojo Creillois

Philosophie du Dojo Creillois. (Par Mr Andermatt)




Le dojo creillois développe l'étude du judo tel qu'il a été créé par Jigoro KANO
Jigoro KANO voulait faire du JUDO une méthode qui reposait sur deux maximes: usage de la force au maximum de son efficacité (SERYOKU ZENYO) et entraide et prospérité mutuelle (JITA KYOEI). Jigoro KANO créateur du JUDO donna régulièrement des conférences sur le JUDO. Il développait le JUDO, comme moyen d'éducation physique (TAI IKU), comme sport (SHO BU), comme l'apprentissage de l'éthique (SHU SHIN).


Le JUDO comme éducation physique (TAI IKU).


Jigoro KANO enseignait que le but de l'éducation physique était de rendre le corps "fort, utile et sain". De plus, l'éducation physique doit développer tous les muscles du corps de façon harmonieuse. Il est regrettable, expliquait KANO, que la plupart des sports ne développent que certains groupes musculaires en négligeant les autres. Il en résulte un déséquilibre physique. KANO inventa pour les adeptes du JUDO, une série spéciale d'exercices d'échauffement qui fait travailler le corps entier. Par ailleurs, l'entraînement courant repose sur la pratique des katas et du randori. L’étude des katas fait travailler le côté‚ droit autant que le côté‚ gauche tout en inculquant les principes fondamentaux de l'attaque et de la défense. le randori est un entraînement libre. Dans les deux cas, tous les mouvements doivent être exécutés selon le principe de SERYOKU ZENYO «l'usage de la force au maximum de son efficacité».


Le JUDO comme sport (SHO BU).

Le randori est la base du JUDO de compétition, c'est l'élément sportif dans le système de KANO. Tous les mouvements pouvant provoquer la mort y sont interdits. Les deux adversaires ne doivent chercher à obtenir une victoire nette que par une technique efficace, par l'usage de leur énergie au maximum de son efficacité et par un bon synchronisme. Le randori permet, en outre, de tester les progrès réalisés car il donne à l'étudiant des éléments objectifs pour juger de son niveau sans la confrontation avec un partenaire. Même si le randori est important, il est clair pour Jigoro KANO que la compétition n'est qu'un aspect du système du JUDO KODOKAN et qu'il ne faut pas la surévaluer.


Le JUDO comme l'apprentissage de l'éthique (SHU SHIN).


Jigoro KANO était persuadé que la pratique du JUDO rendrait plus vif, plus sur de soi, plus résolu et plus concentré. Le JUDO est aussi considéré comme un cadre d'apprentissage de cet autre principe essentiel de KANO : JlTA KYOEI. « l'aide et la coopération mutuelles». Si l'on appliquait dans la société les principes du JUDO, l'assiduité, la souplesse, l'économie, les bonnes manières et une conduite morale, tout le monde en tirerait un grand profit.
Discours de Jigoro KANO


Je vous parlerai maintenant de l'aspect moral du JUDO. Je n'ai pas l'intention de parler de la discipline morale donnée aux élèves dans la salle d'exercices, comme l'observation des règles traditionnelles d'étiquette, le courage, la persévérance, la bienveillance, le respect des autres, l'impartialité‚ et la loyauté‚ qui ont tant d'importance dans les sports athlétiques dans le monde entier. L'entraînement dans le JUDO a une signification morale particulière au Japon, par ce que le JUDO, en même temps que les autres exercices guerriers, étaient pratiqué‚ par nos Samouraïs, qui avaient un code raffiné‚ de l'honneur, dont l'esprit nous a été légué‚ à travers l'enseignement de cet art.
A ce sujet, je voudrais vous expliquer comment le principe de l'efficacité‚ maximum nous aide à améliorer la conduite morale. Il arrive qu'un homme soit très excitable et rompt à se mettre on colère pour des raisons insignifiantes.
Mais quand il en vient à se rendre compte que le fait "d'être excité‚" constitue une dépense inutile d'énergie qui ne sert à personne et qui bien souvent fait du mal au sujet, aussi bien qu'aux autres personnes, l'élève de JUDO doit éviter une pareille conduite.
Il arrive aussi qu'un individu soit découragé‚ par suite d'une déception, soit triste, n'ait pas de courage au travail. En pareil cas, le JUDO conseille de rechercher qu'elle est la meilleure ressource que l'on peut trouver dans les circonstances données.
Si paradoxal que cela puisse paraître, un individu est, de mon point de vue dans la même position que ce qui se trouve au zénith du succès.
Dans l'un et l'autre cas. Il n'y a qu'une méthode à suivre: à savoir, faire ce qu'il pense être le mieux à ce moment. C'est ainsi que l'enseignement du JUDO peut-on dire conduit un homme du fond du découragement à un état d'activité énergétique avec de brillantes espérances d'avenir.
On peut raisonner de même pour les personnes qui sont dans un état de mécontentement.
Les personnes mécontentes sont souvent dans un état d'esprit morose et blâment les autres gens au lieu de s'occuper de leurs propres affaires. I'enseignement du JUDO fera comprendre à ces personnes qu'une pareille conduite est contraire au principe de l'efficacité‚ maximum et les amènera à se rendre compte qu'en observant fidèlement ce principe, elles reprendront leur bonne humeur.


Le JUDO tel que l'a développé Jigoro KANO n'a rien à voir avec la force et les comportements dangereux. La force ne doit pas jouer le rôle principale dans le JUDO. Il est vrai que les médias et les journalistes ne présentent pas le JUDO dans sa généralité mais que la partie compétition, qui est bien souvent très loin de la méthode de Jigoro KANO (sauf pour les combattants japonais).

Au DOJO CREILLOIS les professeurs veullent continuer l'enseignement du JUDO suivant les principes de Jigoro KANO.
En respectant ses principes le judo peut être pratiqué pour le bien de tous de 6 à plus de 50 ans. Le JUDO tel qu'il a été défini par son créateur Jigoro KANO, est une véritable école de la vie.
Le JUDO doit développer l'entraide et la meilleure utilisation de l'énergie. L'entraide est nécessaire pour apprendre les techniques, les deux partenaires doivent en effet s'entraider pour les assimiler pendant un temps plus ou moins long.
Pendant les entraînements, les pratiquants doivent s'adapter aux différents partenaires qui peuvent être plus grand, plus petit, plus fort, plus faible, plus ou moins habile, etc....
Toutes ces notions s'accompagnent d'une utilisation optimale de son énergie. L'important dans le JUDO n'est pas le résultat mais la qualité et la sincérité de la pratique. Si on assimile cette notion d'entraide, cela débouchera sur une plus grande connaissance de soi, de ses capacités, de son adaptation aux autres.
Cette façon de pratiquer est préconisée au DOJO CREILLOIS et cela permet à tout le monde de s'entraîner au JUDO indépendamment du sexe, de la force, et de l'âge de chacun (au JAPON il est courant de voir pratiquer des personnes de 75 ans et plus). A quand au dojo ?

Le JUDO est une étude et un entraînement concernant l'esprit et le corps, aussi bien que la direction de la vie individuelle et des affaires. A la suite d'une étude approfondie des différentes méthodes d'attaque et de défense, je suis arrive à cette conviction que tout cela dépend de l'application d'un principe absolument général qui est le suivant: "Quel que soit l'objet que l'on a en vue, ce meilleur moyen de l'atteindre est d'user de son corps et de son esprit à cette fin qui donne le maximum d'efficacité‚".
De même que ce principe appliqué aux méthodes d'attaque et de défense constitue le JU-JlTSU, ce même principe appliqué à la culture physique, mentale et morale, aussi bien qu'aux manières de vivre et de conduire ses affaires constitue l'étude de ces choses ou l'entraînement dans ces choses.
Une fois qu'on a bien compris l'importance réelle de ce principe, il peut être appliqué à tous les aspects de la vie et de l'activité et nous permettre de mener la vie la plus haute et la plus rationnelle.
Pour comprendre vraiment ce principe, il n'est pas nécessaire de passer par l'entraînement concernant les méthodes d'attaque et de défense, mais comme je suis arrivé à concevoir cette idée par le moyen de l'entraînement dans ces méthodes, j'ai fait d'un pareil entraînement à la lutte et de l'entraînement pour le développement du corps, le moyen régulier d'atteindre le principe.
Le principe de l'efficacité maximum quand on l'applique en vue de donner la clé de la vie sociale ou de la perfectionner, aussi bien que quand on l'applique à la coordination de I'esprit et du corps - dans le sens de l'attaque et de la défense - demande en premier lieu l'ordre et l'harmonie partir les membres, et cela ne peut être obtenu que par l'aide mutuelle et par les concessions qui conduisent à un bien-être et à des bénéfices réciproques.

Le but Final du JUDO est donc d'inculquer à l'homme une attitude de respect pour le principe de l'efficacité maxima et du bien-être et de la prospérité mutuelle et de le conduire à observer ces principes.
Pour beaucoup de personnes le JUDO est un sport. C'est vrai, Le JUDO peut être pratiqué seulement comme un sport de combat avec catégories de poids, d'âge, de sexe (inscrit aux J O). Le JUDO, comme tous les sports, développe : adresse, force, vitesse, agilité, souplesse, maîtrise et les moyens de défense.
De plus c'est une activité qui développe l'intellect par le nombre et les noms des nombreuses techniques à apprendre, ainsi que la sécurité par l'étude des brises chutes. Néanmoins au dojo creillois la parti compétition n'est pas laisser de côté et les compétiteurs qui veulent se perfectionner ont la possibilité de s'entraîner pour le plus haut niveau.

 

Réalisation/Conception Cadet Benoit : V2.3 - dernière mise à jour le : 19/05/19
Toutes les photos sont à usage privé dans le cadre du cercle familial. Toute autre utilisation est interdite, sous peine de poursuite judiciaire.